17
Fév
10

La SACEM joue la bonne partition

Commission du 19 janvier 2010

En tant qu’éditeur, je suis sociétaire SACEM et je m’intéresse depuis longtemps à son fonctionnement, car comme on nous le répète régulièrement : c’est notre maison. Depuis 2 ans, je fais partie de la Commission des Variétés. Une Commission composée de 5 auteurs, 5 compositeurs et 5 éditeurs ayant une réunion tous les mois et des tas d’échanges entre les commission, sans compter les manifestations comme « Les Petits Déjeuners de la SACEM », « Parcours Croisés »…

Cela prend du temps et quand on met un doigt dans le fonctionnement de notre maison, cela donne envie de faire encore plus. On se retrouve ambassadeur de la SACEM dans le moindre colloque, dans les conversations autour du droit d’auteur et parfois on reçoit les doléances des utilisateurs de musiques. Je reçois parfois les critiques des uns et des autres, car une grande structure a forcément des fonctionnements obscurs pour certain.

L’année dernière j’écoutais lors d’une conférence un avocat (enseignement le droit d’auteur dans une université) critiquer le mode de fonctionnement du droit d’auteur tel qu’il est géré par la SACEM. Oubliant de fait l’histoire de la maison, et que beaucoup d’autres sociétés civiles dans la plupart des pays sont sur le même modèle. Tout est améliorable, et c’est impossible de faire consensus sur un sujet, mais fort est de constater que si le fonctionnement est le même partout dans le monde où on respecte les droits d’auteur, ce n’est pas le mauvais système. La SACEM est une grande société car nous sommes un grand pays et il y a beaucoup de choses à traiter. Et le traitement n’est pas uniquement informatique. La limite humaine est là aussi pour bien faire  son boulot. Il faut donc plutôt aider les salariés de la SACEM a être performant en leur donnant le maximum d’information. Cela permet un meilleur suivi des droits et une meilleure répartition pour tout le monde.

Et parfois, je me demande comment fait un auteur ou/et un compositeur sans éditeur pour vérifier et collecter ses revenus issus des droits. La conversation avec un éditeur pour un artiste se limite souvent à l’aspect partage de revenu. En gros, on pense toujours que l’éditeur prend 50% des revenus issus des droits d’auteur, alors que d’une part c’est limité à la reproduction mécanique (la mauvaise raison qui pousse les labels à vouloir les éditions), et pour 1/3 sur l’exécution publique. Pour exemple, un compositeur qui fait des musiques de film garde les 2/3 de ses droits, de ses revenus à chaque diffusion. Par contre, s’il n’y a pas un éditeur qui donne la moitié de ses droits à un sous-éditeur dans un pays, la collecte et la vérification n’est pas aussi bonne, donc les revenus ne sont pas aussi bon. CQFD.

Salle du Conseil, 7e Etage de la SACEM

La transparence doit être de mise dans toute collaboration et ce n’est pas toujours facile.

Bref, je reviens à la SACEM, car c’est la base de cette gestion collective qui a amené tant d’autres dérivés dans d’autres droits, d’autres métiers, d’autres filières. Je discute parfois avec les membres d’autres commissions, les membres du CA qui donnent tous beaucoup de leur temps pour suivre le fonctionnement de la maison. Car l’évolution est continue. Il faut la suivre, la gérer, l’anticiper, l’expliquer… Difficile parfois d’avoir accès backstage pour tous à l’immeuble de Neuilly, et l’implication suit un fonctionnement ressemblant à un chemin initiatique. Le sociétaire est d’abord stagiaire, puis professionnel et enfin définitif. Ce n’est pas toujours clair pour tous. Pourtant même si cela est basé sur les revenus, cela amène un éclairage tout démocratique. Il reste encore quelques efforts à développer en direction des sociétaires. Le site http://www.sacem.fr a fait peau neuve et va encore s’améliorer, en particulier via les outils pour les sociétaires. Il faut trouver une voie de mise en relation entre les sociétaires et les délégations régionales, car on n’y pense pas tous les jours.

Publicités

0 Responses to “La SACEM joue la bonne partition”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :