Posts Tagged ‘Producteur

15
Oct
11

New Money

gros billetLa prime de 1000 € c’est un problème de riches ! J’ai découvert les tickets restaurant, les chèques vacances et les RTT quand j’ai embauché mes premiers salariés au régime général. Le chef d’entreprise n’a pas le droit à cela, et l’inconscient collectif associe le patron d’une TPE à un capitaliste notoire, touchant salaire, prime, avantages en nature et dividendes. Et en plus, il est propriétaire de sa boite ! Nous sommes tous balaises pour faire des raccourcis sociaux. Une caricature est toujours plus claire dans la tête des gens, et cela évite de réfléchir. Je fais pareil en mettant toutes les banques dans le même sac sur la facturation systématique de frais et la création de valeur sur les soldes négatifs.

Bref, je ne vais pas ici exposer qu’avec beaucoup d’argent, je serais fort riche. Je me suis mis à penser à de nouveaux revenus issus de l’activité dans la musique, au profit des artistes et de leurs partenaires. Facebook a été plus rapide en signant des accords avec les tuyaux d’écoute de musique (Spotify, Deezer, Soundcloud, Vevo…). Contre 30% des revenus générés (sur le même schéma que Zinga), Facebook va non seulement récupérer de la new money via ses 800 millions d’utilisateurs, mais va en plus connaître ce qu’ils écoutent. Ces flux d’écoute seront collectés pour ensuite facilement les monétiser via des offres publicitaires pour proposer du merchandising, des places de concert, des nouveaux albums, etc… Un nouvel intermédiaire entre le public et les artistes est en train de naître.

Une boite de tunesLe grand public a une image sur les producteurs de l’industrie musicale complètement faussée, et ces producteurs n’ont rien fait pour améliorer cette image. J’entends ceux que les journalistes invitent à la télé, à la radio et dans les débats. 4 majors (Universal, Warner, Sony et EMI) pour l’instant, en France 4 gros indés (Because, Naïve, Wagram, PIAS), et plus de 1500 structures plus modestes plus proche de la TPE que de la PME. Autant de gens au service des nouveaux talents, rarement serein en terme de trésorerie, qui sont mis dans le même sac que le porte parole de Vivendi qui explique ses 45% de parts de marché dans le top parce qu’il y a tout son back catalogue. Son job est de faire briller les actifs, les « petits » essayent de ne pas être passif quand le fruit de leur labeur veut changer de main. Pas facile de créer des outils permettant d’assurer  la pérennité des labels tout en préservant la diversité culturelle.

Le producteur de musique est avant tout un entrepreneur. A ce titre, il accepte de risquer ses finances sur un projet artistique. Les artistes étant rémunérés à toutes les étapes du processus, le retour sur investissement devient plus complexe au fur et à mesure de l’illusion de la gratuité des contenus. Les modèles économiques sont remis en question tous les mois et chacun cherche tous les jours des moyens de s’en sortir, malgré les coups de butoir des artistes qui ne comprennent pas pourquoi une équipe réduite est débordée par le boulot, les coups de butoir des sites de direct download qui prônent la culture pour tous gratuite, les coups de butoir des politiques avec des solutions fumeuses sur la distribution d’une taxe internet pour tous, les coups de butoir incessants des médias qui expliquent que l’industrie musicale n’a rien fait pour ne pas se retrouver dans cet état tout en la critiquant d’agir pour protéger ses droits.

arbre à moneyLa filière musicale a le plus souffert de l’impact du téléchargement et de la copie illégale, tout en étant le secteur culturel le moins aidé. La taxe Cosip (taxe payée par les distributeurs de télévisions, FAI principalement) pourrait faciliter de nouveaux financements. les 278 Millions collectés en 2010 et fléchés uniquement vers le cinéma (alors qu’on parle d’audiovisuel) pourraient en partie (95 Millions) revenir à un nouvel organisme : C.N.M. (Centre National de la Musique). Ce nouvel édifice regrouperait tout la filière (scène, disque, édition…). Le CNM gèrerait des financements administrés par d’autres sociétés civiles et incorporerait le FCM et le Bureau Export. Cela donnerait un guichet unique pour les aides à la production, à la tournée et au clip.

Le « New Money » se répartirait comme suit :

– 7 Millions pour les auteurs/compositeurs et les éditeurs

– 25 Millions pour les activités liées aux concerts

– 45 Millions pour les producteurs de contenus

Reste à coordonner la distribution, sans tomber dans le droit de tirage systématique favorisant les gros et uniquement les gros, et le saupoudrage éparse ne favorisant pas grand chose pour les petits. Les échéances électorales risquent de hâter tout cela pour le meilleur et pour le pire.

A Suivre…

 

10
Avr
09

Les marges ENORMES du producteur de disques

Le ver est dans le fruit ?

Le ver est dans le fruit ?

Alors, OK, les députés oublient d’aller votés, ou laissent la place libre pour ne pas prendre position… Cela laisse perplexe. Mais bon, il a été décidé que la musique devait être gratuite et qu’il était nécessaire de ne plus rémunérer les artistes, les créateurs et les professionnels autour. Je crois que la grande manipulation articulée autour de tout cela, ne serve à personne en définitive.

Pour de nombreux biens de consommation, quand le produit est plus cher dans une enseigne, on râle sur le commerçant. Pour les CD, on râle sur le producteur ! Sachez cher novice du commerce que le distributeur et le point de vente prennent une marge sur tout type de produit dont le CD, et c’est le magasin qui détermine le prix final en fonction de sa marge.

Dans le CD, il y a un prix de gros HT (PGHT). Prenons l’exemple de 10 €. Le distributeur revend donc le CD au magasin à ce prix avec parfois une ristourne (pouvant aller jusqu’à 17%) et reverse 60% au label. Le magasin ajoute sa marge et la TVA et nous avons un prix final autour de 17 € quand vous achetez le disque.

Quelle est la marge d'un microsillon ?

Quelle est la marge d'un microsillon ?

Le label se retrouve donc avec 6 €. Il reverse en général 20% du PGHT au producteur soit 2 € (le label reversant 10% en moyenne aux artistes, soit 1€ dans notre exemple). Avec le 1€ sur chaque disque, il faut déjà rentabiliser l’investissement de la production (variable suivant les projets). La moyenne étant comprise entre 15 000 et 150 000 € (location du studio, matériel, salaires des artistes, musiciens, techniciens, frais de déplacement, repas, mixage, mastering, photos, photographe, graphiste, vidéo clip, etc…), vous avez compris comme moi que pour rentabiliser il faut vendre entre 15 000 et 150 000 CD avant de gagner de l’argent !!!

Le producteur a les poches pleines

Le producteur a les poches pleines

Alors, vous allez me dire, c’est le label qui s’en met plein les poches ?

Comptons ensemble. Il reste 4 € quand on a payé le producteur. Il faut payer la fabrication du CD et de l’emballage, ainsi que les Droits de Reproduction Mécanique. Cela donne un prix de revient entre 2 € et 2,50 € suivant le packaging et le contenu. Mettons qu’il revient à 2 €. Il reste donc 2 € pour rembourser les investissements promo (attaché de presse, matériel promo, site internet, envois postaux, déplacement et salaires des artistes pour une émission, un interview, etc…) et les investissement marketing (encarts pub sur un magazine, une radio, une télé…). A savoir que lorsqu’un média est partenaire d’un album, il a juste fait une réduction sur son tarif pub. Les investissements promo/marketing sont minimum de 15 000 € et n’ont pas de plafond. Donc pour le label, obligation de vendre un minimum de 15 000 albums pour commencer à gagner de l’argent (qui servira à payer les salariés, loyer, frais bancaires, caisses sociales, impôts, etc…).

Tu prends "musique" ou "poker" ? Au hasard...

Tu prends "musique" ou "poker" ? Au hasard...

Aujourd’hui, un début de succès, c’est 5 000 ventes d’album…

Avec les CD invendus, on peut s'en mettre tout autour et on a une maison de disques...

Avec les CD invendus, on peut s'en mettre tout autour et on a une maison de disques...

Ah, j’oubliais, le magasin s’il ne vend pas le disque, le rend au distributeur qui le rembourse. Le distributeur fait la même chose auprès du label augmenté des frais de retours (15% en moyenne). Si le producteur et les artistes ont été payé sur les ventes précédentes, on ne leur demande pas de rembourser bien évidement… Cela explique les fermetures de nombreux labels.