Posts Tagged ‘propriété

08
Fév
13

Arrêtons de prendre les poneys pour des licornes

poneylicorne

Arrêtons de nous bloquer sur les positions dominantes et d’écarter les plus faibles. Nous sommes dans le même bateaux et il est inutile de sauter en route, faut s’accrocher !

Ami public et spectateur, ne te laisse pas berner par le classement du chanteur le plus riche. Il cache une réalité qui ne repose pas sur les bénéfices de la musique, mais sur des contrats publicitaires avec des marques et des billets d’entrée dans des stades. Comment la presse, les journalistes peuvent ils relayer encore aujourd’hui, des classements sans expliquer sur quoi se basent les revenus d’un artiste ?

On interpelle souvent les professionnels de la musique sur la non adaptation au nouveau modèle économique imposé par le web. Et c’est normal qu’on crève ! En même temps le gars qui dit ça est souvent seul, et c’est la seule question qu’il retient pour la reposer sans cesse. C’est comme de lire certain post, j’ai l’impression que c’est toujours le même qui écrit.

La réalité est que les revenus du streaming augmentent mais ne sont pas encore conséquents par projet. C’est le modèle vers lequel tout le monde pense qu’on va. C’est vrai. Mais nous avons aussi la chance de faire cohabiter plusieurs types de revenus et de modèles dans cette période de transition, qu’il ne faut pas jeter le passé sous prétexte que le futur est notre présent !

Les droits d’auteur imaginés au XVIIIe siècle dans leur mode de rémunération toujours actuelles pour les paroles et la musique reste un marqueur fort de la valeur d’une œuvre et de son auteur. L’œuvre populaire est beaucoup diffusée et son auteur est rémunéré en fonction de cette diffusion. Il faut bien sûr s’occuper de multiplier les diffusions, les utilisations. Un éditeur peut être un partenaire pour atteindre ces objectifs.

La rémunération des supports continue de s’effondrer, en grande partie par l’abandon de supports… Il faut donc revoir les échanges avec le public pour l’utilisation d’un enregistrement. La production d’un album par exemple représente des coûts, variables suivant les moyens à disposition, l’ambition du projet, le nombre de musiciens, de technicien, le temps de studio, le graphiste, le photographe, etc… Du coup, donner sa musique c’est comme si le boulanger distribuait ses baguettes dans la rue. Les gens acceptent de payer le pain, car on a su valorisé la farine, le sel et l’eau, et presque le temps de travail…

Et je dis à l’artiste qui donne sa musique pour faire des concerts, qu’un autre joue gratuitement pour vendre sa musique !

Créons ou/et entretenons un lien entre nous pour valoriser notre travail et mieux le faire comprendre. Le retour sera bénéfique pour tous.

N’attendons rien des politiques qui ne comprennent pas notre filière. Nous créons de la richesse, des emplois, du rêve, avec des activités non délocalisables. Les 5 plus gros sont fragiles, tous les autres se battent comme des chiens.