Posts Tagged ‘SACEM

08
Fév
13

Arrêtons de prendre les poneys pour des licornes

poneylicorne

Arrêtons de nous bloquer sur les positions dominantes et d’écarter les plus faibles. Nous sommes dans le même bateaux et il est inutile de sauter en route, faut s’accrocher !

Ami public et spectateur, ne te laisse pas berner par le classement du chanteur le plus riche. Il cache une réalité qui ne repose pas sur les bénéfices de la musique, mais sur des contrats publicitaires avec des marques et des billets d’entrée dans des stades. Comment la presse, les journalistes peuvent ils relayer encore aujourd’hui, des classements sans expliquer sur quoi se basent les revenus d’un artiste ?

On interpelle souvent les professionnels de la musique sur la non adaptation au nouveau modèle économique imposé par le web. Et c’est normal qu’on crève ! En même temps le gars qui dit ça est souvent seul, et c’est la seule question qu’il retient pour la reposer sans cesse. C’est comme de lire certain post, j’ai l’impression que c’est toujours le même qui écrit.

La réalité est que les revenus du streaming augmentent mais ne sont pas encore conséquents par projet. C’est le modèle vers lequel tout le monde pense qu’on va. C’est vrai. Mais nous avons aussi la chance de faire cohabiter plusieurs types de revenus et de modèles dans cette période de transition, qu’il ne faut pas jeter le passé sous prétexte que le futur est notre présent !

Les droits d’auteur imaginés au XVIIIe siècle dans leur mode de rémunération toujours actuelles pour les paroles et la musique reste un marqueur fort de la valeur d’une œuvre et de son auteur. L’œuvre populaire est beaucoup diffusée et son auteur est rémunéré en fonction de cette diffusion. Il faut bien sûr s’occuper de multiplier les diffusions, les utilisations. Un éditeur peut être un partenaire pour atteindre ces objectifs.

La rémunération des supports continue de s’effondrer, en grande partie par l’abandon de supports… Il faut donc revoir les échanges avec le public pour l’utilisation d’un enregistrement. La production d’un album par exemple représente des coûts, variables suivant les moyens à disposition, l’ambition du projet, le nombre de musiciens, de technicien, le temps de studio, le graphiste, le photographe, etc… Du coup, donner sa musique c’est comme si le boulanger distribuait ses baguettes dans la rue. Les gens acceptent de payer le pain, car on a su valorisé la farine, le sel et l’eau, et presque le temps de travail…

Et je dis à l’artiste qui donne sa musique pour faire des concerts, qu’un autre joue gratuitement pour vendre sa musique !

Créons ou/et entretenons un lien entre nous pour valoriser notre travail et mieux le faire comprendre. Le retour sera bénéfique pour tous.

N’attendons rien des politiques qui ne comprennent pas notre filière. Nous créons de la richesse, des emplois, du rêve, avec des activités non délocalisables. Les 5 plus gros sont fragiles, tous les autres se battent comme des chiens.

03
Jan
11

Après une année horrible, bienvenue à 2011

Tous mes vœux pour cette nouvelle année, cette nouvelle décennie !

Je souhaite sincèrement que le monde s’améliore, que la tolérance se généralise et que l’Homme dans son immensité ouvre les yeux sur ses forces et ses faiblesses.

Je souhaite que vous trouviez la paix et les souhaits pour vos projets, la santé pour votre famille et vos proches. Chaque minute nous rappelle l’instant présent, la présence de l’absence et les promesses pour l’avenir.

Construisez votre triangle isocèle entre votre vie personnelle, familiale et professionnelle.

Pour WTPL Music, l’année 2011 est synonyme de 20e anniversaire. Woof Trade Publishing Limited (W.T.P.L.) créée en 1991 par The Barking Dogs existe toujours. Les succès comme les difficultés ont agité son histoire, et pourtant la société est là, témoin de la vitalité des artistes qui nous font confiance, des partenaires qui nous ouvrent leur porte, les prestataires patients et attentifs, les banques débiles et généreuses de frais.

Il y a des jours où je me réveille comme doit l’être un capitaine sur son navire. Scrutant l’horizon et bousculé par les vents et les marées. D’autres paquebots empruntent les mêmes routes, ils vont plus vite, sont plus sûrs. D’autres collègues ne sont pas convaincus par mes choix. Comme avec un bateau, j’accueille des passagers. Rien ne les obligent à monter, personne ne les poussent à rester. Les plus forts pensent parfois qu’un autre véhicule serait plus approprié à leur notoriété. D’autres encore quittent le navire pour un plus beau, plus coloré, plus profilé… Et puis, il y a cette famille qui s’entraide, qui avance ensemble, respectant les rythmes de chacun.

Pour le capitaine d’un navire, il est parfois difficile d’être à tous les postes. Sur un bateau, il y a parfois une équipe nombreuse et compétente qui permet de renforcer son travail et sa présence. Pour WTPL Music, j’ai fait d’autres choix, par nécessité, par obligation de l’environnement économique, pour être plus fort.

Je n’ai pas tout aimé en 2010, voire même depuis 2008. Je pense qu’il y a un fantasme du public sur les paillettes de la musique, les gens combattent les petites structures indépendantes comme si c’étaient des majors. Ce que je lis sur les forums, les sites de partage de « produits culturels » me fait d’une certaine façon, très peur. Les petites sociétés n’ont aucun moyen pour communiquer, pour faire entendre leur message. Les organismes censés les fédérer ne sont pas en phase avec la réalité de tous les jours. Nous sommes dans le monde de la musique : pour un banquier c’est la précarité, pour ma tante c’est Johnny Hallyday ! Le grand public n’imagine pas assez que des artistes et leurs partenaires, vivent chichement, mais durablement, de la musique. 80 concerts/an devant 300 personnes de moyenne c’est très bien. Ce n’est pas suffisant pour le média national, mais c’est économiquement viable pour l’artiste interprète. Il faut toutefois penser à l’auteur, au compositeur qui n’est pas forcément sur scène, l’éditeur et le producteur qui ne touche rien sur les ventes du spectacle, etc… Heureusement, à travers le travail de chacun, nous ne sommes pas en train de suivre un livre de recettes pour (pre)fabriquer un projet artistique. Ma mission est d’ordre économique à mon sens. Être viable en tant que structure professionnelle, et réussir à apporter des revenus à mes artistes et leur partenaire. Ce n’est pas facile, c’est beaucoup de travail, de la volonté et cela ne marche pas toujours.

Les institutionnels, les politiques, les collectivités territoriales ont toujours aidé les artistes. Aucun ne pense aux structures professionnelles encadrant les artistes. On saupoudre des subventions à quelques associations locales « d’accompagnement » pour financer le poste d’un permanent. Celui-ci va se battre toute l’année pour obtenir la même enveloppe l’année suivante en mettant en place des actions de « professionnalisation » sans jamais travailler avec les professionnels de la la profession : manager, tourneur, éditeur, producteur, label… Et pourtant, dans notre métier, ce sont bien les compétences que l’on développe qui nous permettent d’être efficace. Je caricature souvent mon job à un « catalyseur de temps et d’énergie ». J’ai un carnet d’adresse qui s’étoffe tous les jours et j’en fait profiter les artistes avec qui je travaille. Je mets en contact des gens qui ont des choses à se dire. C’est un véritable échange où tout le monde gagne et cela construit durablement une activité.

Je dis aussi aux artistes qu’il ne faut pas quitter sans réfléchir et pour de mauvaises raisons, un professionnel qui donnent du temps et qui a confiance en votre projet. C’est difficile de trouver un partenaire et de le garder. Nous avons tous nos forces et nos faiblesses. Soyons conscient de cela et construisons un partenariat équitable sur ces bases.

Ces dernières années, j’ai entendu certain se plaindre. Ce n’est pas toujours gai à entendre quand on est aux yeux de son artiste, celui par qui cela n’a pas marché. Je ne promets pas la réussite à coup sûr sinon je ferais des bouquins ou de la voyance. La faute n’est pas à rejeter sur l’un ou l’autre. Nous faisons tous des choix et nous devons les faire ensemble et les assumer. Cela ne remet pas en cause le projet artistique et les efforts ne sont jamais vains. Le public n’était pas au rendez-vous et par ricochet les revenus ont été faibles et n’ont pas permis de rentabiliser les investissement temps, énergies et financiers. C’est toute l’équipe qui subit « l’échec ». Mais c’est pour mieux repartir ensemble, riches de cette expérience pour améliorer le futur. Si tu quittes le navire pensant que l’autre qui passe fera mieux, c’est quitte ou double.

Si l’on pose les choses à plat et que l’on respecte le travail des autres, alors on peut mettre en place une équipe qui gagne.

Dans l’industrie musicale, si on n’était pas dans le top 50, on n’était pas bon. Aujourd’hui si on n’est pas diffusé sur un média national ou/et adossé à un partenaire (marque) notoire, on n’est rien ! Pourtant si on s’intéresse un peu plus au public, des gens ont levé le nez, ont bougé sur un concert, ont acheté un titre ou/et un album, en ont parlé à leur famille, leurs amis… La diffusion du projet artistique a commencé. Respectons le public curieux et respectueux du travail de l’artiste et de son environnement. Et toi, amateur de musique, soutien à ta manière, avec tes moyens les artistes que tu apprécies. Si tu es passionné, tu seras passionnant.

Merci pour le bout de chemin ensemble.

Le monde est petit et nos routes se croiseront encore.

L’année 2011 est pleine de promesses, avec beaucoup de projets, de développement et de rencontres.

Bon voyage.

Bill

 

17
Fév
10

La SACEM joue la bonne partition

Commission du 19 janvier 2010

En tant qu’éditeur, je suis sociétaire SACEM et je m’intéresse depuis longtemps à son fonctionnement, car comme on nous le répète régulièrement : c’est notre maison. Depuis 2 ans, je fais partie de la Commission des Variétés. Une Commission composée de 5 auteurs, 5 compositeurs et 5 éditeurs ayant une réunion tous les mois et des tas d’échanges entre les commission, sans compter les manifestations comme « Les Petits Déjeuners de la SACEM », « Parcours Croisés »…

Cela prend du temps et quand on met un doigt dans le fonctionnement de notre maison, cela donne envie de faire encore plus. On se retrouve ambassadeur de la SACEM dans le moindre colloque, dans les conversations autour du droit d’auteur et parfois on reçoit les doléances des utilisateurs de musiques. Je reçois parfois les critiques des uns et des autres, car une grande structure a forcément des fonctionnements obscurs pour certain.

L’année dernière j’écoutais lors d’une conférence un avocat (enseignement le droit d’auteur dans une université) critiquer le mode de fonctionnement du droit d’auteur tel qu’il est géré par la SACEM. Oubliant de fait l’histoire de la maison, et que beaucoup d’autres sociétés civiles dans la plupart des pays sont sur le même modèle. Tout est améliorable, et c’est impossible de faire consensus sur un sujet, mais fort est de constater que si le fonctionnement est le même partout dans le monde où on respecte les droits d’auteur, ce n’est pas le mauvais système. La SACEM est une grande société car nous sommes un grand pays et il y a beaucoup de choses à traiter. Et le traitement n’est pas uniquement informatique. La limite humaine est là aussi pour bien faire  son boulot. Il faut donc plutôt aider les salariés de la SACEM a être performant en leur donnant le maximum d’information. Cela permet un meilleur suivi des droits et une meilleure répartition pour tout le monde.

Et parfois, je me demande comment fait un auteur ou/et un compositeur sans éditeur pour vérifier et collecter ses revenus issus des droits. La conversation avec un éditeur pour un artiste se limite souvent à l’aspect partage de revenu. En gros, on pense toujours que l’éditeur prend 50% des revenus issus des droits d’auteur, alors que d’une part c’est limité à la reproduction mécanique (la mauvaise raison qui pousse les labels à vouloir les éditions), et pour 1/3 sur l’exécution publique. Pour exemple, un compositeur qui fait des musiques de film garde les 2/3 de ses droits, de ses revenus à chaque diffusion. Par contre, s’il n’y a pas un éditeur qui donne la moitié de ses droits à un sous-éditeur dans un pays, la collecte et la vérification n’est pas aussi bonne, donc les revenus ne sont pas aussi bon. CQFD.

Salle du Conseil, 7e Etage de la SACEM

La transparence doit être de mise dans toute collaboration et ce n’est pas toujours facile.

Bref, je reviens à la SACEM, car c’est la base de cette gestion collective qui a amené tant d’autres dérivés dans d’autres droits, d’autres métiers, d’autres filières. Je discute parfois avec les membres d’autres commissions, les membres du CA qui donnent tous beaucoup de leur temps pour suivre le fonctionnement de la maison. Car l’évolution est continue. Il faut la suivre, la gérer, l’anticiper, l’expliquer… Difficile parfois d’avoir accès backstage pour tous à l’immeuble de Neuilly, et l’implication suit un fonctionnement ressemblant à un chemin initiatique. Le sociétaire est d’abord stagiaire, puis professionnel et enfin définitif. Ce n’est pas toujours clair pour tous. Pourtant même si cela est basé sur les revenus, cela amène un éclairage tout démocratique. Il reste encore quelques efforts à développer en direction des sociétaires. Le site http://www.sacem.fr a fait peau neuve et va encore s’améliorer, en particulier via les outils pour les sociétaires. Il faut trouver une voie de mise en relation entre les sociétaires et les délégations régionales, car on n’y pense pas tous les jours.